Un « pari » sur les préparatifs a mené à la pole position de Bagnaia en MotoGP au Mans

L’Italien a établi un nouveau record du tour samedi en France pour décrocher sa deuxième pole position consécutive et la première de Ducati au Mans.

Bagnaia a mené son coéquipier Ducati Jack Miller de 0,069 seconde à la fin, mais n’était pas sûr de pouvoir se battre pour la pole lors de la session FP4 de 30 minutes précédente car il “luttait beaucoup” pour arrêter la moto.

Mais il a révélé après les qualifications qu’il avait pris “un pari” sur la configuration avec son chef d’équipe et son technicien de suspension Ohlins, ce qui s’est finalement avéré fructueux.

« Tout d’abord, ce matin, j’étais content, mais quand il fait froid, c’est plus facile d’aller vite sur cette piste », a déclaré Bagnaia.

“Cet après-midi en FP4, je n’étais pas sûr de la pole position car je me débattais beaucoup.

“Mon plus gros problème était d’arrêter la moto, c’était le plus gros problème.

“Ensuite, lors des qualifications, nous avons fait un pari avec mon chef d’équipe et mon technicien Ohlins, car je ne me sentais pas bien.

“Et puis après cette petite modification, j’ai recommencé à me sentir bien comme si c’était le matin.

“Donc, l’adhérence était meilleure, j’ai pu mieux arrêter la moto.

« Et finalement, la sensation était géniale. Donc, je suis content de la pole position, je suis plus content d’avoir trouvé quelque chose qui m’a beaucoup aidé.

“Je pense que nous sommes prêts pour la course de demain.”

Francesco Bagnaia, équipe Ducati

Francesco Bagnaia, équipe Ducati

Photo par: Gold and Goose / Images de sport automobile

Bagnaia s’attend à nouveau à affronter le champion du monde en titre Fabio Quartaro dans la course de dimanche comme il l’a fait à Jerez il y a deux semaines, mais il se méfie de la pluie affectant le grand prix.

“Bien sûr, Fabio est l’homme à battre”, a ajouté Bagnaia.

« Mais je pense qu’après cette modification que j’ai faite en qualifications, je suis plus proche maintenant.

« Mais c’est difficile à dire maintenant. Les prévisions indiquent qu’il va pleuvoir demain. J’espère que ce ne sera pas comme ça.

« Si je pars bien et si c’est sec, j’essaierai d’attaquer dès le départ et de gérer un écart.

« Mais si c’est mouillé, ce sera une autre histoire. On ne peut pas attaquer comme on veut au départ, il faut plus contrôler la situation. Donc, cela peut être totalement différent.

Lire aussi :

Leave a Reply

Your email address will not be published.