“Plus facile” de réduire les attentes au milieu des malheurs de Honda MotoGP

Le sextuple champion du monde a souffert d’un manque d’adhérence à l’arrière avec les températures plus chaudes rencontrées cet après-midi lors du Grand Prix de France en qualifications et n’a pu se classer que 10e sur la grille.

Marquez dit que son sentiment était fort dans les conditions plus fraîches de samedi matin, mais qu’il s’est détérioré au cours du reste de la journée – les choses n’ayant pas été aidées par un accident vers la fin de FP4 avant les qualifications.

Pendant la majeure partie de l’année, Marquez a expliqué que ses attentes en matière de résultats en course étaient au mieux les cinq premières, et dit que ce n’est pas plus difficile à admettre même si «ce n’est pas la position que je veux terminer».

“Non, c’est de plus en plus facile à admettre”, a répondu Marquez lorsque Motorsport.com lui a demandé s’il devenait de plus en plus difficile d’admettre que son niveau n’était pas là où il devrait être.

« Au début, c’est difficile à admettre et vous ne voulez pas l’admettre. Mais à la fin, il faut l’admettre, car si à chaque fois que vous essayez d’être un peu plus rapide pour être plus proche des meilleurs, vous chutez, ou vous faites des erreurs, ou vous luttez encore plus parce que vous dépassez.

« Nous pouvons terminer cinquième, sixième, septième dans une bonne course. Si la course n’est pas si bonne, si tu ne commences pas si bien, tu peux finir 10e ou 9e et ce ne serait pas une surprise pour nous.

« Ce n’est pas le poste que je souhaite occuper, mais il est temps de travailler, il est temps d’insister.

“La totalité de la [Honda] les coureurs travaillent pour essayer de comprendre. Mais depuis que nous sommes arrivés en Europe, avec des pistes plus serrées, plus étroites, nous luttons davantage.

Expliquant davantage son samedi, Marquez a ajouté : « C’est vrai que ce matin j’avais la vitesse.

“Ok, je suivais Fabio [Quartararo in FP3]mais avant [when I was] seul le chrono arrivait plus facilement et je savais que la vitesse était là.

“Mais cet après-midi depuis FP4, le sentiment n’était pas bon. Ensuite, j’ai essayé dans la deuxième manche de rouler seul, d’essayer de trouver le moyen de rouler dans ces conditions.

«Mais même comme ça, je me suis écrasé en essayant de comprendre où je pouvais pousser plus.

“Donc, après l’accident, la sensation était pire. Et puis en qualif, je sors et encore une fois le feeling n’était pas bon, et juste j’ai fait mon maximum.

“Même avec le deuxième pneu, j’ai mis l’avant tendre pour comprendre si c’était une meilleure sensation.

“C’était mieux mais c’était trop mou. Donc on verra demain, si c’est un peu nuageux on pourra peut-être avoir un meilleur rythme. Mais pas le rythme pour gagner ou pour se battre pour le podium.

Pol Espargaró, équipe Repsol Honda

Pol Espargaró, équipe Repsol Honda

Photo par: Gold and Goose / Images de sport automobile

Coéquipier Pol Espargaró n’a guère fait mieux, l’Espagnol 11e sur la grille pour la course de dimanche.

Mais il s’est réconforté par le fait que Marquez ressentait désormais les mêmes problèmes d’adhérence arrière que depuis le début de l’année.

“Eh bien, c’est difficile”, a commencé Espargaro. “Je veux dire que le bon point est que je me sens comme ça depuis le début de l’année et je m’en plains depuis le début de l’année, et maintenant Marc le ressent aussi.

« Je me suis plaint aussi à Jerez, Marc ne s’est pas trop plaint. Mais aujourd’hui il l’a beaucoup ressenti, donc c’est bien au moins d’être sur le même sentiment et de souffrir avec les mêmes problèmes.

« Nous ne nous attendions pas à souffrir autant. Je n’ai pas fait mon dernier tour car j’ai trouvé Johann au milieu du deuxième tour.

Leave a Reply

Your email address will not be published.