Les Flames doivent reprendre leur jeu: “Ça nous échappe”

Beaucoup de gens ont sûrement été satisfaits de la façon dont les deux premiers matchs de la bataille de l’Alberta ont été joués.

Téléspectateurs. Les gens qui parient les overs dans ces jeux. Des gens dans des piscines fantastiques. Les Oilers d’Edmonton eux-mêmes.

Mais pas les Flames de Calgary. Comment pourraient-ils l’être ?

Bien sûr, la série est à égalité 1-1. Mais le style de jeu – qui est chaotique et avec des scores élevés, avec des changements d’élan constants et des démonstrations sauvages de compétences individuelles – favorise une équipe plus que l’autre dans cette série. Et ce ne sont pas les Flames.

Après le match 2, une victoire des Oilers de 5-3 où Calgary a perdu deux avances distinctes de deux buts, Noah Hanifin et Tyler Toffoli l’ont dit tellement de fois qu’il a coupé le cliché : les Flames doivent commencer à jouer leur match.

“Je pensais que nous avions pris trop de pénalités et que nous nous sommes éloignés de notre type de jeu”, a déclaré Toffoli. “Et ont commencé à jouer leur jeu.”

“Nous quittons notre fondation”, a ajouté Hanifin. “Et jouer entre leurs mains.”

Deux jours avant, Matthew Tkachuk était encore plus direct dans son évaluation. “Probablement notre pire match des séries éliminatoires”, a-t-il déclaré. Et ils venaient de gagner.

Nous pouvons regarder le début de cette série de deux façons.

Verre à moitié plein : Les Flames n’ont pas été au sommet de leur art et la série est toujours à égalité. L’équipe a passé la grande majorité de la saison régulière à nous montrer qu’elle est bien meilleure que ce que nous avons vu lors de deux matchs contre Edmonton. Et il y a eu des tronçons – en particulier à cinq contre cinq – où ils ont ressemblé à cette équipe.

Verre à moitié vide : Les Oilers rentrent chez eux à égalité 1-1. Connor McDavid tente d’amener son équipe au troisième tour des séries éliminatoires. Et les Flames ne ressemblent plus depuis assez longtemps à leur version de la saison régulière.

« Les deux derniers matchs ici, nous n’avons pas vraiment joué (notre type de hockey) », a déclaré Toffoli. “Cela nous a échappé.”

Il est encore temps de le récupérer. Mais cela doit commencer dans le jeu 3. Voici 10 observations sur la façon dont ils sont arrivés ici et sur ce qui vient ensuite.


une. Pardonnez-moi si vous avez déjà entendu cela, mais les Flames doivent jouer davantage à cinq contre cinq. C’est là que l’équipe est la plus efficace, surtout contre les Oilers.

“Si vous ne jouez pas à cinq contre cinq”, a déclaré Sutter, “c’est à l’avantage de leur équipe.”

Edmonton a marqué deux fois à cinq contre cinq et trois fois pendant les minutes des équipes spéciales (une fois en avantage numérique, une fois à quatre contre quatre et onze en infériorité numérique).

Les Flames ont passé plus de temps dans la zone des Oilers dans des situations de cinq contre cinq au cours des deux derniers matchs, mais vendredi, ces minutes ont diminué.

Période TOI 5v5 Tentatives de tir

une

14:09

18-14

deux

11:09

15-10

3

11:36

20-11

*Tentatives de tir en faveur des Flames

Les Oilers ont eu 10:59 avec un avantage numérique; Calgary a eu 5:53. Il y avait 4:13 joué à quatre contre quatre. Et au total, seulement 36:55 ont été joués à cinq contre cinq – dans ces minutes, les tentatives de tir étaient de 53-35 à Calgary.

“Quand nous commençons à entrer dans des situations où c’est quatre contre quatre, ce n’est pas à notre avantage”, a déclaré Hanifin. « Ce n’est pas notre jeu… Nous voulons jouer au hockey à cinq contre cinq.

Ce n’est pas nouveau. Nous l’avons vu contre Dallas la semaine dernière. S’éloigner du cinq contre cinq est un problème pour les Flames en raison de leur efficacité dans ces situations. Peu importe qui est en avantage numérique ou même si les Flames tuent le penalty. C’est perturbateur.

Et contre Edmonton, certaines de ces situations donnent simplement plus de temps à leurs joueurs les plus dangereux avec la rondelle sur leur bâton et plus d’espace pour travailler.

deux. Connor McDavid a été l’histoire de la série jusqu’à présent. Ce n’est pas une bonne chose pour Calgary, pour des raisons évidentes.

Il essaie individuellement de diriger son équipe vers le prochain tour des séries éliminatoires. Nous l’avons vu contre les Kings de Los Angeles, et les Flames doivent faire de leur mieux pour empêcher que cela se produise ici. Regardez le but qu’il a marqué en deuxième période :

Comment arrêter ça ? Je ne sais pas. Mais c’est un excellent exemple de ce qui rend McDavid et jouer contre lui si difficiles à analyser. Il est assez bon pour que des choses comme le cinq contre cinq des Flames n’aient pas d’importance.

« Les ensembles de compétences individuelles pour (Edmonton) peuvent gagner des matchs de hockey », a déclaré Sutter. “C’était la différence ce soir.”

Il n’y a pas de solution magique pour contenir un joueur qui peut avoir un impact aussi important. Et à cause de combien McDavid joue, les Flames devront essayer de le ralentir par comité.

J’ai déjà écrit cette semaine que, aussi proche qu’il y ait d’une clé avec McDavid, c’est de le confronter à des joueurs qui peuvent défendre et jouer l’attaque. Le but étant d’essayer de le coincer dans sa propre zone, sans la rondelle.

Heureusement, les Flames ont deux trios qui devraient en être capables en Johnny Gaudreau, Elias Lindholm et Matthew Tkachuk; et Andrew Mangiapane, Mikael Backlund et Blake Coleman.

McDavid peut-il, de manière réaliste, permettre à son équipe de remporter trois autres victoires ?

Il a récolté quatre points dans la défaite du premier match des Oilers. Et aussi remarquable qu’il ait été, il n’a atteint le deuxième tour que deux fois. C’est la doublure argentée, je suppose. Mais les Flames doivent encore se resserrer pour le reste de la série et limiter McDavid autant qu’ils le peuvent.

3. Sutter a déclaré après le match que Markstrom était “vraiment, vraiment bon pour nous”. C’est malgré Markstom qui a accordé cinq buts contre sur 40 tirs (pourcentage d’arrêts de 0,875).

C’est une amélioration par rapport au match 1, bien sûr, et je ne dirais pas vraiment qu’aucun des cinq buts n’était si mauvais. On a déjà vu le but de McDavid. Le but de Duncan Keith n’était pas génial, mais c’était davantage à cause de la mauvaise couverture de la zone défensive qui le laissait grand ouvert dans la fente basse.

Pourtant, Mike Smith (.925) a effectué plus d’arrêts dans le match 2. Markstrom doit revenir à la forme du premier tour où il luttait (et gagnait parfois) contre Jake Oettinger.

Quatre. Il y a aussi cette ligne de statistiques potentiellement gênante, gracieuseté de Sportsnet Stats. En saison régulière et en séries éliminatoires, Markstrom a affiché une moyenne de buts alloués de 4,24 et un pourcentage d’arrêts de 0,868 contre les Oilers.

Cela se compare à une moyenne de buts alloués de 2,07 et à un pourcentage d’arrêts de 0,927 contre le reste de la ligue.

Est-ce juste un petit échantillon (six jeux) jouant des tours ? Ou y a-t-il quelque chose chez les Oilers qui pose des problèmes à Markstrom?

Je suppose que nous le saurons bientôt.

5. Il y a eu des exécutions bâclées par les Flames au début de cette série, soit des tirs ratés (18 dans le match 2), soit en donnant la rondelle (13 cadeaux dans le match 2), soit en faisant de mauvaises passes.

C’était le plus évident dans la séquence qui a conduit au but en infériorité numérique de Zach Hyman, qui a fini par être le vainqueur du match. Tkachuk est allé faire une passe basse à haute au milieu de la glace à Rasmus Andersson, qui a raté la passe. Ryan Nugent-Hopkins a envoyé la rondelle libre à Hyman, qui a décollé.

“Quand nous avons un défenseur et quatre attaquants, nous devons exécuter ou bien ça va dans l’autre sens”, a déclaré Sutter. “Cest ce qui est arrivé.”

Il n’y a pas grand-chose à dire à ce sujet si ce n’est que les Flames doivent être meilleurs et peut-être savoir contre qui ils sont sur la glace. Nugent-Hopkins est important pour le désavantage numérique des Oilers. Ce n’est pas nouveau pour Hyman non plus. C’est un tueur de pénalité agressif et embêtant qui force les revirements et rebondit sur les rondelles lâches. Mais surtout, les Flames ont juste besoin de mieux exécuter.

6. Mikael Backlund a un point au cours des deux derniers matchs, et pourtant je dirais qu’il a été l’un des attaquants les plus efficaces des Flames.

Sa ligne a été excellente pendant deux matchs – et de retour dans la série de Dallas quand ils se sont remis ensemble – et dominante à cinq contre cinq. Dans le match 2, la ligne de Backlund a devancé les Oilers 11-5 et a généré trois chances de danger élevées, la plupart de toutes les lignes du jeu selon Natural Stat Trick.

Backlund a été excellent dans le cercle des mises au jeu, remportant 71 % des matchs nuls lors du match 2 et 66,7 % lors du match 1. C’est très important, en particulier lors des matchs nuls en zone défensive lorsqu’ils affrontent McDavid et/ou Leon Draisaitl.

Il a été un élément clé du désavantage numérique qui a limité les Oilers à un seul but en avantage numérique dans cette série, menant tous les attaquants dans le deuxième match avec 5:20 minutes en infériorité numérique. Backlund a également forcé quelques occasions en désavantage numérique mais n’a pas pu capitaliser / terminer.

Peut-être le plus impressionnant, Backlund est le seul joueur des Flames qui n’a pas été sur la glace pour un but à cinq contre cinq non seulement dans la série, mais lors des neuf matchs éliminatoires de Calgary. C’est malgré le fait qu’il a joué cinq minutes contre cinq difficiles et qu’il a pris à peu près le même nombre de départs en zone défensive que de départs en zone offensive.

Il a été très bon depuis le quatrième match contre Dallas, et cela s’est poursuivi jusqu’au deuxième tour.

(Blake Coleman est une mention honorable ici aussi.)

7. En parlant de désavantage numérique, cela a été un atout majeur pour les Flames au début de cette série.

Les Oilers ont eu le troisième meilleur jeu de puissance de la LNH pendant la saison régulière et ils ont également été éteints au premier tour, avec une fiche de 7 en 19. Si ce n’est pas la marque de fabrique de leur jeu, c’est là-haut.

Eh bien, c’est maintenant passé 1 pour 10 contre les Flames; le seul but est venu vendredi soir où ils ont eu six tentatives, dont un avantage numérique de 4 minutes.

Une partie de cela est qu’Edmonton ne crée pas grand-chose, mais c’est aussi un honneur pour le PK de Calgary. C’est agressif. Il monte directement sur les entrées et perturbe la mise en place des unités de jeu de puissance. Les joueurs qui tuent les pénalités – comme Backlund, Coleman, Trevor Lewis, Hanifin et Lindholm – sont intelligents et capables de lire les jeux et de forcer les revirements ou les chances en infériorité numérique.

À cause de tout cela, les Flames étouffent le jeu de puissance d’Edmonton. Et ils se classent désormais au premier rang parmi les équipes restantes dans les séries éliminatoires avec un désavantage numérique de 91,2%.

8. Garder quelques points positifs : Brett Ritchie a marqué son deuxième but des séries éliminatoires sur ce qui ne peut être décrit que comme le changement parfait de quatrième ligne.

Ils ont commencé dans la zone offensive – comme ils le font habituellement. Trevor Lewis a remporté la mise au jeu, ramenant la rondelle à Erik Gudbranson. Son tir à la pointe a été arrêté par Smith, mais Ritchie a campé à l’embouchure du but et a enterré le rebond.

Vous ne pouvez pas demander grand-chose d’autre à votre quatrième ligne. Ils ont marqué un but. Ils n’étaient sur la glace pour aucun but contre. Et ils se sont combinés pour 12 coups sûrs dans la nuit en quelques minutes à l’abri.

Même si Evander Kane veut essayer de se moquer du temps de glace de Milan Lucic, sa ligne sort en quelques minutes et essaie d’avoir un impact. Il n’y a rien de mal à cela.

9. Il y a eu trois buts refusés dans ce match.

J’étais d’accord avec le défi de l’entraîneur et le but refusé en deuxième période où McDavid a interféré avec Markstrom. Je ne prétends pas être un expert en matière d’interférence avec les gardiens de but, mais cela m’a semblé être la bonne décision.

Comme vous pouvez le voir, après que McDavid a remis la rondelle à Draisaitl, il est dans l’enclave et entre en contact avec Markstrom.

Les deux autres étaient étranges ; deux buts qui auraient dû compter mais qui ont été refusés parce que Chris Lee, l’un des arbitres du match, a perdu de vue la rondelle dans l’enclave et a sifflé trop rapidement.

Sur le premier but, Hyman’s, la rondelle semblait être sous un Markstrom étendu mais s’est détachée. Lee, cependant, était assez loin du jeu et a fait exploser le jeu avant que Hyman ne puisse faire entrer la rondelle. Cela aurait été un but égalisateur.

Le mot officiel de la salle de crise était que “l’arbitre a jugé le jeu mort lorsqu’il a perdu de vue la rondelle sous Jacob Markstrom”.

C’est essentiellement ce qui s’est passé avec le non-but de Toffoli en troisième période. Le jeu a été soufflé rapidement, malgré la rondelle sortant sous Smith, dans laquelle Toffoli a poussé.

Ce n’étaient pas des objectifs qui auraient pu être revus. Pas quand la pièce est considérée comme morte. Il ne s’agit pas d’un cas où la règle a été appliquée de manière incorrecte. C’est juste que l’arbitre a été rapide au coup de sifflet au mauvais moment… deux fois… sur des occasions de but cruciales.

C’est malheureux, mais au moins c’est arrivé aux deux équipes ?

dix. Pas plus de 20h45 heure locale commence!

(Photo : Derek Leung/Getty Images)

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.