Johnson sur IMSA à Watkins Glen: “Je ne peux pas croire que je viens de faire ça dans une voiture de course”

Jimmie Johnson s’est tellement amusé à courir à Watkins Glen International l’année dernière qu’il s’est « amusé » en conduisant.

Ce n’était pas comme ses courses précédentes à Watkins Glen. Au lieu de la voiture de la série NASCAR Cup qu’il a pilotée lors de ses 19 courses précédentes sur le célèbre parcours routier, l’année dernière, Johnson était au volant d’une Cadillac DPi-VR dans le championnat IMSA WeatherTech SportsCar.

“Les années que j’ai passées à conduire des voitures, mes sens et mon corps ont compris un certain niveau d’adhérence et de vitesse et des points de référence pour les marques de freinage et les marques d’accélération”, a déclaré Johnson. «Quand vous brisez tout ce que vous savez, cela vous fait juste rire. A l’intérieur de la voiture, je ris littéralement. Je me dis : ‘Je n’arrive pas à croire que je viens de faire ça dans une voiture de course.’ C’est la partie du sport que j’apprécie vraiment.

Johnson revient cette semaine pour les Six Heures de The Glen de Sahlen dans la voiture DPi, la Cadillac Ally n°48 préparée par Action Express Racing. Sa première tentative dans la voiture à WGI l’année dernière s’est terminée à la cinquième place.

“Ce fut vraiment l’expérience révélatrice que j’ai vécue l’année dernière”, a déclaré Johnson. “J’avais six tours d’entraînement avant la course, et je n’étais pas près du rythme. Puis mon relais vers la fin, je pense que j’avais 20, 25 tours dans la voiture, j’étais finalement proche du rythme et j’ai couru mon tour le plus rapide dans mon tour. J’ai mis 30 tours pour enfin trouver le niveau d’agressivité.

L’ajout à l’ajustement est l’utilisation de quatre virages (virages 6 à 9) pour les courses IMSA que NASCAR ne fait pas. La section supplémentaire « Boot » est une descente / montée exigeante à grande vitesse, et le faire correctement est devenu une partie de la raison de la joie de Johnson.

“Dans l’une de ces Cadillac DPi, le rythme et les efforts que vous devez faire pour parcourir ce circuit sont assez impressionnants, surtout en le comparant à mes jours en NASCAR”, a déclaré Johnson. “Certaines des zones de freinage, l’arrêt de bus et le carrousel, c’est juste époustouflant la vitesse à laquelle ces voitures peuvent se déplacer dans ces petites zones étroites. (Je suis) très excité de revenir et de revivre cette expérience.

Le septuple champion de la Coupe a élargi ses expériences aux courses IndyCar Series et IMSA Michelin Endurance Cup du championnat WeatherTech depuis son départ de NASCAR. Johnson fera équipe avec Kamui Kobayashi et Mike Rockenfeller dans la Cadillac Ally n ° 48 pour les Six Heures de Sahlen, qui débuteront dimanche à 10 h 40 HE.

Johnson, Kobayashi, Rockenfeller et Jose Maria Lopez ont ouvert la saison du championnat WeatherTech avec une cinquième place en DPi au Rolex 24 At Daytona. Johnson a dû manquer les douze heures de Mobil 1 de Sebring présentées par Advance Auto Parts en mars en raison d’un conflit avec le calendrier IndyCar.

“Vraiment ravi de voir Kamui et Mike – deux êtres humains formidables et des gars formidables à côtoyer”, a déclaré Johnson. “Dans l’ensemble, j’ai beaucoup d’excitation à l’idée de revenir à Watkins Glen. C’est une piste et une région que j’apprécie vraiment. Et pour être sur la piste tout au long de la boucle – le Boot – je n’ai pas fait autant de fois dans tous les voyages que j’ai faits là-bas, donc je suis ravi de courir la piste sur toute la distance.

Johnson a déclaré qu’il prévoyait de passer du temps dans le simulateur de course mercredi pour se réhabituer à Watkins Glen, mais rien n’est comme le temps dans la voiture de course réelle. Plus il y a de temps de siège dans le DPi, dit Johnson, plus il devient rapide.

“Vous pouvez voir cet écart se réduire et je me sentais beaucoup plus à l’aise et compétitif dans la voiture”, a déclaré Johnson. « Dans une course courte, une course de six heures, l’importance d’être dans le rythme est encore plus grande. Je suis ravi de faire quelques tours d’entraînement, et je ne suis pas sûr que j’obtiendrai beaucoup plus que cela de la façon dont les séances d’entraînement se déroulent. J’espère que le temps que je passe dans le (simulateur) sera payant et que je pourrai me rapprocher du rythme que je veux courir.

Une chose que nous savons : il rira, tout comme il l’a fait l’année dernière.

“Je suis heureux d’être de retour dans la voiture de course et heureux d’être de retour avec tout le monde à Action Express Racing”, a déclaré Johnson. “Cela me fait me sentir à nouveau comme un enfant.”

Le calendrier du championnat WeatherTech pour The Glen comprend deux séances d’entraînement – ​​tard le vendredi après-midi et tôt le samedi matin – avant les qualifications le samedi après-midi (diffusion en direct à 13 h 15 HE sur IMSA.com/TVLive).

La course de dimanche, la troisième des quatre étapes de la Michelin Endurance Cup, est diffusée en direct de drapeau à drapeau sur Peacock à partir de 10h40, avec USA Network captant la couverture télévisée à 14h jusqu’à la fin.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.