Ducati fait “quelque chose de fou” en qualifications MotoGP

Bagnaia a mené Ducati 1-2 devant son coéquipier Jack Miller samedi au Mans, établissant un nouveau record du tour à 1m30.450s pour décrocher sa deuxième pole de la campagne 2022.

Quartararo a été impliqué dans la bataille de la pole sous le drapeau à damier, mais a dû concéder la défaite et se contenter de la quatrième place sur sa Yamaha d’usine pour son tour à domicile.

Le Français dit qu’il était “à la limite” sur sa moto pour produire un 1m30.688s, il n’a donc pas été déçu de ne pas être en première ligne étant donné la force de la Ducati en qualification.

“J’étais déçu, mais deux minutes plus tard j’étais content”, a déclaré Quartararo à propos de sa quatrième qualification au Mans samedi.

“Sur les qualifications, nous manquons quelque chose – tout le temps, pas seulement en qualifications.

« Ducati est capable de vraiment faire quelque chose de fou. Et les pilotes, je ne dirais pas que Ducati.

« Mais nous sommes tous pareils dans le rythme de la course. Difficile donc de vraiment faire la différence.

“La différence que vous faites est de vous mettre à la limite, d’avoir un peu moins de carburant et de vous mettre dans une zone qui pendant 27 tours est impossible.

“Donc, je suis plutôt content car je pense que 1m30.6s avec notre moto c’est… Je me sens à la limite, je n’ai rien de plus, et par rapport aux autres Yamaha l’écart est assez grand.

“Donc, c’est aussi une référence pour moi que nous faisons du bon travail.”

Francesco Bagnaia, équipe Ducati

Francesco Bagnaia, équipe Ducati

Photo par: Gold and Goose / Images de sport automobile

La Yamaha se débat non seulement avec un manque de vitesse de pointe par rapport à la Ducati, mais la M1 se débat plus que la plupart des motos lorsqu’elle roule derrière d’autres machines avec des pressions de pneus avant croissantes.

Lors de la manche précédente à Jerez, Quartararo a été contraint de ralentir à un moment donné dans sa poursuite de Bagnaia pour empêcher son pneu avant dur de surchauffer.

Mais le pilote Yamaha est convaincu qu’il n’aura pas les mêmes problèmes que Jerez dimanche au Mans s’il ne parvient pas à dégager Bagnaia, Miller et Aprilia. Alex Espargaró de bonne heure.

“Non, car à Jerez, j’étais seul avec le front dur et il était déjà à la limite”, a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé s’il craignait une répétition de sa course à Jerez.

“Ici, nous avons l’avant souple et le pneu avant ne surchauffe pas et ne fait pas de haute pression.

Donc, je ne suis pas inquiet. Je n’ai pas beaucoup de points de dépassement bien sûr, car la Ducati dans la zone d’accélération joue toujours [with us].

“Mais 27 laps c’est long et tu as toujours la possibilité d’attaquer.”

Lire aussi :

Leave a Reply

Your email address will not be published.